Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Pourquoi « Mémoires de l’hydraviation » ?

J’ai rencontré Pascal Parpaite en septembre 2006 ; à l’époque, dans le cadre des dix ans d’ARAMIS, je préparais l’exposition « les Latécoère de Biscarrosse aux Antilles » ; Pascal était la « mémoire des Hourtiquets » (il l’est encore plus maintenant !).

 

Nous avons conçu et réalisé l’exposition tous les deux et depuis mars 2007 elle a été présentée dans près de 50 centres DGAC ou météo, des médiathèques ou des CE.

J’avais souhaité accompagner ces présentations de conférences dans quelques centres aussi Gérard Bousquet (qui venait de recevoir un prix de l’Aéro Club de France pour son livre « les paquebots volants ») est devenu un « compagnon de route » et un ami.

Avec Pascal nous avons réalisé quelques documents (livrets, Powerpoints) pour compléter l’exposition.

Pascal a ensuite conçu une exposition sur le centre de parachutisme de Biscarrosse ; de mon côté j’ai fait des recherches de documents sur les hydrobases retrouvant des archives pour les projets « d’aéroports mondiaux » à Courcouronnes et Berre.

Dans le cadre du centenaire du premier vol d’un hydro aéroplane je me suis rendu compte que si la relation de l’exploit d’Henri Fabre s’appuyait sur le contenu de son livre « j’ai vu naître l’aviation » beaucoup de choses étaient encore ignorées concernant la suite de ses activités (hydroglisseurs, hydravions Tellier) et je me suis piqué au jeu et poursuit la recherche de documents concernant les installations d’Henri Fabre en région Marseillaise mais aussi des infos concernant Albert Bazin, précurseur de l’aviation, pris comme témoin en 1910 par un huissier pour constater le vol d’un aéronef à partir de l’eau.

Il nous est apparu que pour mettre en œuvre nos projets il fallait créer une association aussi « Mémoires de l’hydraviation » a pour but de « collecter, recenser, conserver et valoriser
des documents, objets et témoignages ayant un rapport avec l'hydraviation  et/ou l'aéronautique afin de pouvoir en préserver le souvenir
 ».

En fait nous sommes plus intéressés par la remise à jour des documents concernant les hydrobases civiles que par d’autres concernant des appareils, la mémoire de l’aéronautique militaire navale bénéficie de son côté de l’existence de plusieurs associations mais tout est lié…..

Si depuis l’été nous avons passé beaucoup de temps à concevoir l’exposition « l’hydraviation a 100 ans », aidés par un suivi méticuleux des textes par Pierre Lauroua il nous faut maintenant faire connaitre l’existence de cette nouvelle association ; avoir des adhérents supplémentaires nous apportera certes quelques moyens financiers supplémentaires mais surtout des ressources humaines pour mettre en œuvre nos objectifs.

La présentation de l’exposition, à Paris d’abord puis dans quelques centres au cours de l’année 2011 sera l’occasion de promouvoir « Mémoires de l’hydraviation », cela nous permettra également de faire des recherches spécifiques (ex : pour notre présence à Bordeaux un fascicule concernant des projets peu connus d’hydrobases en région bordelaise sera réalisé).

A plus long terme deux projets vont être l’objet de notre attention :

-          la rétrocession par les militaires des installations des Hourtiquets

-         notre désir que la ville de Marseille participe à la mémoire d'Henri Fabre (ex: pose d'une plaque rue Bonnefoy et bd Sakakini)..

 D’autres projets pourront être également mis en œuvre à l’initiative de nos adhérents.

Bien entendu le travail de recherches dans les archives va continuer !

En matière de communication le nom « mémoires de l’hydraviation » a été réservé.

 Le temps nous manque encore pout concevoir le contenu d’un site internet (toutes les compétences sont les bienvenues !).

En plus de flashs d’informations rapides en fonction de l’actualité au moins cinq fois par un an un bulletin sera diffusé par internet comprenant : informations sur nos activités, nouvelles diverses, si possible des reportages (Aéro Club de Côme, rassemblement de Yellowknife) découverte d’un livre, d’un homme, d’un appareil ou d’une hydrobase.

A bientôt donc !

Henri Conan

 


 

 

 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by